Communiqué de l’UdPPC

En mai 2020, douze associations de professeurs, dont l’Union des Professeurs de Physique et de Chimie, avaient alerté le ministère sur la nécessité d’adapter les programmes à la rentrée 20201. Le 29 juin 2020, l’UdPPC renouvelait cette alerte auprès du Conseil supérieur des programmes sans effet.

A la rentrée scolaire, nous avons trouvé des élèves qui avaient du mal à se mettre au travail, des élèves qui présentaient des lacunes, d’autres dont les apprentissages étaient fragiles même lorsqu’ils avaient fait le choix d’approfondir la physique-chimie. Il nous a donc fallu prendre du temps pour remédier à cela.

Aujourd’hui, le virus circule toujours et nul ne sait quand il disparaîtra. Nul ne sait non plus quand le système hospitalier sera saturé induisant un possible confinement ici ou là avec de l’enseignement à distance dont on sait qu’il peut accroître les inégalités.

Devant tant d’incertitudes et de retards légitimement consentis, faut-il de plus se donner comme objectif avec nos élèves de classes terminales de finir les trois quarts du programme à la mi-mars ?

A vrai dire, cet objectif est impossible à atteindre collectivement. C’est pourquoi, une nouvelle fois, l’UdPPC demande un aménagement des programmes. Bientôt, il sera trop tard pour que cette solution à moindre coût puisse être entreprise.

1 : http://conferenceassociations.blogspot.com/

Le Bureau national de l’UdPPC, le 11 octobre 2020.