Antimoine : sitographie

L’antimoine

Nous avons consulté

Quelques sites Web sur l’élément

«antimoine»

 

Table des matières de la sitographie

1 – Quelques classifications périodiques interactives (rappel du dossier n°1)

2 – L’antimoine : articles généraux

3 – Le minerai : situation actuelle et histoire de l’exploitation minière en France

4 – Antimoine et alliages : le régule

5 – Antimoine et semi-conducteurs

6 – L’antimoine dans l’histoire de l’humanité

7 – Toxicité, santé et environnement

Légende des couleurs

- Sites institutionnels

- Sites universitaires

- Sites lycée

- Sites personnels

- Sites divers, commerciaux…

- Média (journaux, télé,musée…)

- Sites encyclopédiques, sitographie…

MàJ : date de mise à jour du site ou de la  page, lorsque c’est indiqué

1 – Rappel de quelques classifications périodiques interactives                                                             Haut de page

Nous rappelons ici quelques sites décrits dans le dossier n°1 et permettant un accès rapide à des aspects spécifiques de l’antimoine, ou à un type spécifique de présentation

1.1 – La classification de l'American Chemical Society

http://acswebcontent.acs.org/games/pt.html

Site en anglais

Classification périodique interactive avec des informations sommaires sur l'élément, sa structure électronique et des informations sur la périodicité des propriétés en fonction du numéro atomique. Simple à utiliser.

1.2 – La classification du Conseil National de Recherche, Canada

http://www.nrc-cnrc.gc.ca/fra/education/elements/index.html

Ce site présente brièvement l’antimoine, quelques applications anciennes et actuelles, sa toxicité (et celle de ses composés).

Intéressant pour une utilisation en collège et lycée.

1.3 – La classification du Chemical Education Digital Library (ChemEd DL’s foundation)

http://www.chemeddl.org/resources/ptl/

Site en anglais

Site de la Division of Chemical Education, intitulé « Periodic Table Live » (Classification périodique vivante) permettant d'accéder, par un simple clic sur chaque élément, à un sommaire présentant une description, des données physiques et atomiques et certains de ses composés. Une rubrique « media » propose quelques photos illustrant l’élément ainsi que son spectre de raies d’émission.

Utilisation facile, à divers niveaux d'enseignement.

1.4 – La classification « ChemiCool » du Massachusetts Institute of Technology (MIT)

http://www.chemicool.com/

Site en anglais

Ce site permet d'accéder, de façon synthétique, par un clic sur l'élément, à quelques photos, aux circonstances de la découverte, à l'étymologie, aux caractéristiques physiques et atomiques, à une très brève description de ses caractéristiques et usages, à la vidéo du professeur Martyn Poliakoff et de ses collègues de la Faculté de Chimie de l'Université de Nottingham.

1.5 – WebElements : the periodic table on the web de l’University of Sheffield

http://www.webelements.com

Site en anglais

C'est un site universitaire très complet. le sommaire propose les rubriques suivantes : généralités, l'élément dans notre environnement (géologie et biologie), la chimie des composés, propriétés physiques et cristallographiques, données thermodynamiques et atomiques (de nombreuses valeurs sont disponibles) mais aussi des propriétés nucléaires (isotopes, propriétés RMN).

Un texte de présentation peut être écouté sur l'élément.

1.6 -La classification de l'Université de Split, Croatie.

http://www.periodni.com/fr/index.html

Site multilingue

Outre des données physiques très complètes, figurent les différents couples d'oxydo-réduction avec les potentiels standards correspondants. Un texte très court résume la découverte, l'éthymologie du nom, les utilisations et l'obtention de l'élément.

Site d'utilisation facile, à divers niveaux d'enseignement.

1.7 - La classification Lenntech

http://www.lenntech.fr/periodique/tableau-periodique.htm

Site multilingue

Chaque case du tableau est liée à une page donnant les caractéristiques structurales et physiques assez complètes de l'élément correspondant. L’originalité du site est de donner des informations sur les effets sur la santé et sur l'environnement.

Ce site propose plusieurs langues (français, allemand, anglais, espagnol, italien, néerlandais, polonais, portugais, arabe). Il est assez synthétique, d'utilisation aisée et convient pour une utilisation en lycée.

 

1.8 – La classification de l’Université de Nottingham

http://www.periodicvideos.com/#

Site en anglais avec vidéos

Le professeur Martyn Poliakoff et ses collègues de la Faculté de Chimie de l'Université de Nottingham rendent le tableau périodique des éléments plus vivant, grâce une vidéo longue de 6 minutes, composée d’une alternance d'explications mesurées et claires, données par le professeur Poliakoff et, pour l’antimoine, de la présentation d’une bouteille scellée du composé.

1.9 – La classification de Théodore Gray

http://www.theodoregray.com/PeriodicTable/

En cliquant sur l’élément, on observe des photographies d’objets divers…

2 – L’antimoine : articles généraux                                Haut de page

2.1 – L’antimoine sur le site de la Société chimique de France (SCF)

Dans les « Données industrielles, économiques, géographiques sur les principaux produits chimiques, métaux et matériaux » hébergé par le site de la SCF (Société chimique de France, Centre de Ressources Pédagogiques en Chimie)

http://www.societechimiquedefrance.fr/extras/Donnees/acc.htm

L’élément antimoine est accessible à partir du sommaire figurant sur la page d'accueil (rubrique « métaux et alliages »).

Cette référence se trouve également dans le dossier bibliographie, mais le site a l'avantage de bénéficier de remises à jour fréquentes                                                       MàJ : Mai 2011

L’article est assez complet et comprend les rubriques : matières premières, productions minières, production industrielle, recyclage, situation française, utilisations, bibliographie.

Rubrique « le produit du jour »

http://www.societechimiquedefrance.fr/produit-du-jour/molybdene.html

Article dans la rubrique « le produit du jour » présentant de façon très complète les utilisations de l’antimoine dans l’histoire depuis l’antiquité et les alchimistes jusqu’à nos jours.

Site très intéressant pour tout niveau.

2.2 – L’antimoine dans Wikipédia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Antimoine

L’article aborde l’histoire, lesminerais et utilisations, la production mondiale, les précautions et le dosage.

Voir aussi l’article en anglais « Antimony » qui est plus complet.

Pour l'utilisation des articles Wikipédia, une source considérable d'informations à portée de clic, voir la remarque du dossier nº1 : toujours vérifier les informations sur des sources sûres d'informations primaires.

2.3 – Le trichlorure d’antimoine dans Wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Trichlorure_d%27antimoine

Présentation et usages : sommaire

2.4 – L’antimoine sur le site Futura-Sciences

http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/geologie/d/tout-savoir-sur-lantimoine_826/

L’article présente de façon détaillée l’antimoine, son historique, l’exploitation dans le monde et en France, l’antimoine, la santé et l’environnement ainsi qu’une bibliographie.

MàJ : 02/02/2009

2.5 – L’antimoine sur le site de  « l’Encyclopédie canadienne »

http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&;Params=f1ARTf0000245

L’article présente de façon sommaire, description, utilisations depuis 6000 ans et actuelles, production actuelle au Canada de l’antimoine.

2.6 – L’antimoine sur le site de  « l’Encyclopaedia Universalis»

http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/

Il s’agit d’un début d’article sur généralités  et historique. La suite est réservée aux abonnés.

2.7 – L’antimoine sur le site de l’association « Cézallier, vallée de la Sianne »

Il s’agit d’une association intercommunale

http://www.cezalliersianne.asso.fr/indexfr.php?page=sianne_patrimoine_article&;id_article=546

Présentation claire et synthétique de l’antimoine, la production française, ses composés principaux, ses usages traditionnels et principes de fabrication.

Pour tout public

2.8 – L’antimoine sur le site Geowiki

http://www.geowiki.fr/index.php?title=Antimoine

Article synthétique sur caractéristiques et usages

2.9 – L’antimoine sur un site d’information destiné aux industriels

http://www.achats-industriels.com/matieres/antimoine.asp

Présentation très synthétique de l’antimoine et ses usages

2.10 – L’antimoine sur le site « aviatechno »

http://aviatechno.free.fr/thermo/thermo_ancien.php?retour=annexes.php

Les thermocouples : il y a un siècle et plus Oersted et Fourier ont construit la première pile thermoélectrique composée d'un petit nombre de barreaux de bismuth et d'antimoine alternés et soudés les uns aux autres en cercle.

2.11 – L’antimoine sur le site du Prix Nobel

http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/chemistry/laureates/1994/

The Nobel Prize in Chemistry 1994 was awarded to George A. Olah “for his contribution to carbocation chemistry" :  In the early 1960s Olah and co-workers discovered that stable carbocations could be prepared through the use of a new type of extremely acid compounds - far stronger than "classical" acids like sulphuric acid, hydrochloric acid etc. These new acids - some of which were first described by the Canadian inorganic chemist, R. J. Gillespie - became generally known as “superacids". A superacid can for example be prepared from hydrogen fluoride (HF) and antimony pentafluoride (SbF5). »

2.12 – L’antimoine sur le site du CNRS

http://www.cnrs.fr/fr/une/sites-cnrs.htm

Sur la page d’accueil du site un moteur de recherche (en haut à droite) permet d’accéder aux articles d’actualité évoquant l’antimoine.

http://www.cnrs.fr/aquitaine-limousin/scripts/CNRS-Hebdo/Bordeaux/lettre.php?numero=282

Dans l’éditorial « Fluor et solide inorganique : une association qui perdure », l’auteur évoque « les besoins en nouveaux catalyseurs inorganiques, susceptibles de remplacer les superacides fluorés à base d’antimoine (qui ont valu le prix Nobel à Georges Olah en 1994), ont conduit à la préparation de fluorures d'aluminium à grande surface spécifique qui apportent certaines réponses aux problématiques environnementales et à la réduction des gaz à effets de serre.

3 – Le minerai : situation actuelle et histoire de l’exploitation minière en France                                        Haut de page

3.1 – La stibine dans Wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stibine_%28min%C3%A9ral%29

3.2 – Une mine d’antimoine sur un site de patrimoine local

http://www.ally43.fr/index.php?option=content&;task=view&id=12

et : http://www.ally43.fr/content/view/12/33/

Il s’agit d’un site présentant le patrimoine local de la commune d’Ally, aux confins de la Margeride et du Cantal. On y trouve 6 pages présentant la mine d’antimoine de Rodde et son exploitation depuis l’époque romaine jusqu’en 1905.

3.3 – Une mine d’antimoine sur un site ardéchois

http://minesardeche.e-monsite.com/pages/antimoine/

Il s’agit d’un site présentant l’histoire minière de l’Ardèche. On y trouve des détails sur l’exploitation des filons de la mine d’antimoine de Malbosc exploitée de1840 à 1915.

3.4 – Une mine d’antimoine sur le site « Cézallier, vallée de la Sianne »

http://www.cezalliersianne.asso.fr/indexfr.php?page=sianne_patrimoine_article&;id_article=541

Il s’agit du site d’une association intercommunale. Une dizaine d’articles sont accessibles et explicitent l’exploitation de l’antimoine dans la vallée de la Sianne du XVIIième siècle jusqu’en 1967.

3.4 – Une mine d’antimoine sur un site de Basse Bretagne

http://grandterrier.net/wiki/index.php?title=Antimoine_%C3%A0_Kerd%C3%A9vot/Niverrot_en_Ergu%C3%A9-_Gab%C3%A9ric

Il s’agit d’un site présentant l’histoire de la commune de Kerdévot en Bretagne, où fut exploitée brièvement, de 1913 à 1928, une mine d’antimoine.

4 – Antimoine et alliages                                Haut de page

4.1 – Le régule sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL)

http://cnrtl.fr/definition/r%C3%A9gule

Qu’appelle-t-on régule ?

4.2 – Le régule dans Wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gule

Propriétés et utilisation du régule.

4.2 – Le régule sur le site de l’association « Les amis de l’alchimie »

http://alchimie-pratique.org/bpfusion.html

En fin de cet article, qui présente un grand nombre d’alliages en fonction de leur point de fusion, figure un paragraphe sur les divers alliages plomb-antimoine (composition, propriétés, utilisations).

 

5 – Antimoine et semi-conducteurs                    Haut de page

5.1 – Nano-fils d’antimoine et d’or sur le site de l’Université de Marne-la Vallée

http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00351667/fr/

Cet article, issu des archives ouvertes de l’Université, présente une thèse intitulée « élaboration électrochimique et caractérisations de nano-fils d’antimoine et d’or ».

La thèse (document pdf) est téléchargeable à partir de ce site

MàJ : 17/07/2002

5.2 – Nano-fils sur le site Technoscience

http://www.techno-science.net/?onglet=news&;news=4542

Des nano mémoires non volatiles 1 000 fois plus rapides grâce à des nano-fils de tellure d’antimoine et germanium.

MàJ : 21/09/2007

5.3 – Lasers pour lecteurs de CD sur le site « Archipel des Sciences »

http://archipeldessciences.wordpress.com/2011/07/15/les-lecteurs-de-cd-du-futur-utiliseront-ils-des-lasers-ultraviolets/

Grâce à l’effet dopant de l’antimoine, les lecteurs de CD du futur utiliseront-ils des lasers ultraviolets ?

MàJ : 15/07/2011

5.4 – Lasers à nano-fils sur le site « news-medical.net »

(Remarque : il s’agit d’un site non contrôlé par des professionnels)

http://www.news-medical.net/news/20110706/Zinc-oxide-nanowire-waveguide-lasers-could-kill-viruses-increase-DVD-storage-capacity.aspx

Les espoirs de l’oxyde de zinc dopé à l’antimoine : des lasers à nano fils à oxyde de zinc dopé à l’antimoine pourraient tuer des virus et augmenter les capacités de stockage des DVD ?

Article en anglais                                                                                      MàJ : 06/07/2011

5.5 – Détecteurs quantiques sur le site de l’Office National d'Etudes et de Recherches Aéronautiques (ONERA)

http://www.onera.fr/coupdezoom/28-detecteur-infrarouge.php

Article présentant différents types de détecteurs de rayonnement infrarouge et évoquant, parmi les détecteurs quantiques, ceux qui sont à base d’antimoine et indium.

MàJ : 5/09/2006

5.6 – Disques optiques sur le site « CEA-Technologie »

http://www.cea-technologies.com/articles/article/9003/fr

Les scientifiques du CEA travaillent à une génération de disques optiques dite Super résolution. Ils permettront de stocker jusqu'à quatre fois plus de données, tout en utilisant le même laser de lecture. L'antimoniure d'indium (InSb) se comporte localement comme un miroir métallique et a pour effet de concentrer le faisceau.

MàJ : 12/2010

6 – L’antimoine dans l’histoire de l’humanité         Haut de page

6.1 – L’antimoine sur le site de la Radio Suisse Romande (RSR ;ch),

http://www.rsrsavoirs.ch/article/science/histoire-des-sciences/sb-comme-antimoine/audio.html

Vidéo de 7 minutes présentant l’historique de l’antimoine par Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

MàJ : 13/10/2011

 

6.2 – L’antimoine dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et la BNF

http://membres.multimania.fr/Urnantes/Cadres%20Dossiers%20en%20Ligne/Dossiers_en_ligne/Philosophie/Encyclopedie/Encyclopedie_antimoine.htm

Ce long article, d’intérêt historique, présente les multiples préparations à l’antimoine utilisées en médecine.

On peut aussi retrouver cet article sur l’antimoine, à partir du site « gallica » à l’adresse :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50533b.r=.langFR

La référence ci-dessus est celle du tome premier de l’Encyclopédie De Diderot et d’Alembert, où figure l’article « Antimoine » de la page 503 à la page 510 (soit à partir du feuillet 563 du fichier pdf). Téléchargeable en tout ou partie et pouvant être feuilleté à l’écran.

Sur le même site, 22 références répondent à la recherche « Antimoine »

L’histoire des sciences à portée de clic. Magnifique.

Gallica est le site de ressources numériques de la Bibliothèque nationale de France.

http://gallica.bnf.fr/

Plus d’un million de volumes. Une lettre mensuelle à laquelle on peut s’abonner.

6.3 – Alchimie sur le site Persee.fr

Le site « persee .fr » est un portail de revues électroniques de sciences humaines et sociales créé par le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0995-838x_1920_num_8_28_1381

L’article évoque les préparations alchimiques à base d’antimoine et les nombreuses dénominations qui lui furent attribuées dans les pharmacopées des siècles derniers.

 

6.4 – Antimoine, pigment et verre sur le site du CNRS

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/couleurs/hist_composition_pigments.html

Le jaune de Naples est un pigment à base d’antimoine.

http://www2.cnrs.fr/journal/1318.htm

Le verre transparent de l'épave des Embiez

 

6.5 – Antimoine et pigment : le jaune de Naples sur le site Dotapea.com

http://www.dotapea.com/jaunedenaples.htm

Composition et histoire d’un pigment très ancien utilisé par verriers, peintres et potiers (et qui est encore commercialisé, bien que poison).

 

7 – Antimoine : toxicité, santé et environnement    Haut de page

7.1 – Trioxyde d’antimoine et antimoine sur le site Environnement Canada

Il s’agit d’une organisation associée au ministère canadien de la santé

http://www.ec.gc.ca/ese-ees/default.asp?lang=Fr&;n=9889ABB5-1

Cet article, très long et documenté, démarre par une table des matières avec liens envoyant aux diverses rubriques.

Abordant majoritairement l’impact du trioxyde d’antimoine (et de l’antimoine) sur l’environnement et la santé, il expose également les utilisations actuelles de ce composé (catalyseur dans la fabrication du PET, comme ignifugeant  de nombreux matériaux, pigment et pour le verre, agent stabilisant de divers matériaux …).

MàJ : 03/02/2011

7.2 –Antimoine et dérivés sur le site de l’Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (Ineris)

http://www.ineris.fr/substances/fr/substance/410

Cette adresse conduit à un document PDF à charger après un clic sur l’onglet « toxicologie » puis un clic sur INERIS - Fiche de données toxicologiques et environnementales

C’est un document de 54 pages reprenant après quelques généralités, toutes les données toxicologiques et environnementales de l’antimoine et de ses dérivés.

MaJ : 25/04/2007

7.3 –Antimoine et dérivés sur le site de l’ Organisation Internationale du Travail

Il s’agit du site de l’ILO (International Labour Organization ou Organisation Internationale du Travail, agence des Nations Unies)

En anglais, français et espagnol, c’est une institution tripartite - gouvernements, employeurs, travailleurs - chargée au niveau mondial d’élaborer et de superviser les normes internationales du travail.

http://www.ilo.org/safework_bookshelf/french?content&;nd=857170717

Après un résumé bref mais complet des utilisations diverses de l’antimoine et de ses composés, l’article expose les risques d’atteinte à la santé, la toxicologie, les symptômes, les mesures de sécurité et hygiène.

7.4 –Antimoine sur le site de Institut de Veille Sanitaire (InVS)

Il s’agit d’un établissement public dont la mission est de surveiller en permanence l’état de santé de la population et son évolution.

http://www.invs.sante.fr/surveillance/biosurveillance/antimoine.htm

Article très lisible présentant l’antimoine, les circonstances d’exposition, les effets sur la santé, les moyens de détection dans l’organisme.

MàJ : 10/03/2011

7.5 –Antimoine et trioxyde d’antimoine : fiches de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST)

http://www.reptox.csst.qc.ca/Produit.asp?no_produit=737

Fiche relative à l’antimoine

http://www.reptox.csst.qc.ca/Produit.asp?no_produit=13821

Fiche relative au trioxyde d’antimoine

7.6 –Antimoine et composés inorganiques sur le site SMART2000

Il s’agit en fait d’un site perso dédié aux passionnés de céramique d’un médecin.

http://smart2000.pagesperso-orange.fr/antimoine.htm

Après une brève présentation de l’antimoine et ses usages, ce site fournit une étude toxicologique détaillée de « antimoine et composés inorganiques » et « trioxyde d’antimoine » par Édouard Bastarache, Médecin du travail et de l’environnement au Canada.

En français et anglais

7.7 –Trichlorure d’antimoine sur le site du Ministère américain de la santé et du service aux personnes

http://www.cdc.gov/niosh/ipcsnfrn/nfrn1224.html

Fiche internationale de sécurité chimique relative au trichlorure d’antimoine (présentation synthétique sous forme de tableau)

7.8 – Toxicité de l’antimoine sur le site de la Radio Suisse Romande (RSR ;ch),

http://www.rsrsavoirs.ch/article/science/histoire-des-sciences/sb-comme-antimoine/audio.html

Vidéo de 2 minutes portant sur la toxicité à partir d’un incident révélé en 2006 : « Des traces d'antimoine dans l'eau en bouteille PET » par Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)

MàJ : 13/10/2011

Retour à la présentation

Retour à la table des matières « la classification : un dossier… »